Le grammaturge

20 février 2016

Bienvenue aux urgences grammaticales !

 

Je ne fais pas vos versions latines ni vos plans de dissertations ou de commentaires composés.

Je ne rédige pas votre courrier administratif ni vos déclarations d’amour.

Mais je réponds dans les meilleurs délais à toutes vos questions de langue ou de versification pour le français, le latin et le grec ancien.

Gratuitement ? Non : pour le plaisir. Le mien, et, je l’espère, le vôtre.

Mes références : je suis agrégé de grammaire, ancien élève de l’ENS de Paris, et j’enseigne en classes préparatoires.

Arlette doit-elle dire qu’elle s’est permis ou permise telle ou telle fantaisie ? À quoi puis-je reconnaître un aoriste ? Comment traduire cet ablatif absolu ? Accentuer ce mot grec ? Scander cet hexamètre dactylique ? Pourquoi écrit-on tout heureuse mais toute honteuse ? Quelle est la différence entre parce que et puisque ? Voilà quelques exemples de questions qui peuvent, pour certains privilégiés, revêtir un caractère d’urgence sans qu’ils sachent à qui s’adresser. Privilégiés, ils le sont désormais doublement, grâce à ce blog !

Pour poser une question : laissez un commentaire, ou passez par le lien "Contactez l'auteur", ou encore envoyez-moi un courriel (legrammaturge@orange.fr), notamment si vous voulez joindre un fichier. Sauf indication contraire de votre part, question et réponse seront publiées ici même et accessibles à tous les visiteurs.

Pour une recherche, cliquez sur Commentaires, tapez Ctrl+f et saisissez le ou les mot(s)-clé(s).

C’est à vous !

 

N. B. : N’hésitez pas à transcrire les mots grecs en alphabet latin ; je m’y retrouverai. Mais vous pouvez bien sûr employer les caractères Unicode :

Unicode Classical Greek Inputter 2

 

Posté par HU-LITT à 16:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Nos échanges

Chères contributrices, chers contributeurs, le souci de la lisibilité m’a conduit à vous proposer un premier florilège de nos échanges depuis la création de ce blog, sous le titre "Archives, I". La plupart du temps, vous y lirez des questions et des réponses, parfois les réponses seulement, selon le désir de certain.e.s correspondant.e.s. La fonction « rechercher » ainsi que les mots-clés vous aideront à vous y orienter.

Pour toute nouvelle question, et pour ses suites, vous pouvez bien sûr continuer à passer par le lien « Commentaire », au bas de ce message ou de la page d’accueil, ou en me contactant directement.

À bientôt,

Le grammaturge

 

http://p6.storage.canalblog.com/69/76/1144019/109204413.pdf

 

 

Posté par HU-LITT à 16:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Archives, I

Archives__I

 

Posté par HU-LITT à 15:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 février 2016

Après que

Quel mode mais aussi quel temps employer dans une subordonnée introduite par après que (si l'on tient vraiment à cette structure) ?

http://p0.storage.canalblog.com/02/23/1144019/109177724.pdf

 

Posté par HU-LITT à 20:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Charmes et ridicules du passé antérieur

Tu quoque, Academia !

"Après qu’eut été constitué un groupe d’étude sur cette question au sein du Conseil supérieur de la langue française, l’Académie, sollicitée de rendre un avis, et informée des seuls principes guidant l’action de cet organisme – refus de toute imposition autoritaire de normes graphiques et sanction de l’usage pour les rectifications proposées –, a voté à l’unanimité dans sa séance du 3 mai 1990 un second texte, marquant son accord avec les lignes directrices du projet en préparation."

(Déclaration de l’Académie française sur la « réforme de l’orthographe » adoptée dans la séance du jeudi 11 février 2016.)

Après (la) constitution d'un groupe, non ?

Apr_s_que_suivi_du_pass__ant_rieur

 

Posté par HU-LITT à 20:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Comment réforme-t-on l'orthographe ?

"L’Académie a réaffirmé qu’il n’appartient ni au pouvoir politique ni à l’administration de légiférer ou de réglementer en matière de langage, l’usage, législateur suprême, rendant seul compte des évolutions naturelles de la langue, qui attestent sa vitalité propre."

C'est méconnaître l'histoire, et c'est ignorer le politique. C'est, aussi, confondre le langage, qui est usage, et l'orthographe, qui est un code. Enfin la Déclaration de l'Académie, texte par ailleurs de belle tenue, comporte un passé antérieur inapproprié.

http://www.academie-francaise.fr/actualites/declaration-de-lacademie-francaise-sur-la-reforme-de-lorthographe

http://p0.storage.canalblog.com/02/23/1144019/109177724.pdf

 

Posté par HU-LITT à 20:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

13 février 2016

Utilité pratique de la scansion

Utilit__pratique_de_la_scansion

Posté par HU-LITT à 14:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

11 février 2016

Vous avez dit éponyme ?

Un petit travers qui m’agace, mais, comme d’habitude, c’est très personnel : depuis quelque temps on entend et on lit partout l’adjectif « éponyme », employé au sens de « qui porte le même nom ». Ce sont bien sûr des journalistes qui ont lancé cette mode. On parle ainsi de Candide, héros du conte éponyme. En réalité, est éponyme celui ou celle dont le nom est donné à quelque chose. Phèdre est l’héroïne éponyme de la tragédie de Racine. Candide est le héros éponyme du conte de Voltaire.

N’éponyme qui veut !

 

Posté par HU-LITT à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :