Il est facile de gaffer avec certaines personnes. Une de mes collègues m’avouait hésiter souvent sur le nombre à employer après la préposition « sans ». « C’est simple, lui dis-je. Il faut considérer ce qu’il y aurait s’il y avait. Par exemple : un prêt sans intérêts, une question sans intérêt ; un étang sans ride, un visage sans rides. » « Charmant ! » m’a-t-elle répondu, courroucée. Je la croyais sans complexes, mais pas sans humour. Dommage, elle avait une occasion de se dérider.

Il fut un temps où certaines femmes de certains milieux évitaient de rire de peur précisément d'en conserver des rides. Quel paradoxe !

On pourrait croire que l'interprétation de dérider en dé-rider est une étymologie populaire, Elle est pourtant établie. L'erreur serait de prendre "dérision" pour le nom d'action correspondant. Le latin derisio est lié au verbe deridere "se moquer", composé de ridere "rire".

Fini de rire ! Rideau !