Un petit travers qui m’agace, mais, comme d’habitude, c’est très personnel : depuis quelque temps on entend et on lit partout l’adjectif « éponyme », employé au sens de « qui porte le même nom ». Ce sont bien sûr des journalistes qui ont lancé cette mode. On parle ainsi de Candide, héros du conte éponyme. En réalité, est éponyme celui ou celle dont le nom est donné à quelque chose. Phèdre est l’héroïne éponyme de la tragédie de Racine. Candide est le héros éponyme du conte de Voltaire.

N’éponyme qui veut !